• Accueil
  • CEREMONIE DE LANCEMENT A LOME DU RAPPORT SUR LE DEVELOPPEMENT HUMAIN 2023/2024

CEREMONIE DE LANCEMENT A LOME DU RAPPORT SUR LE DEVELOPPEMENT HUMAIN 2023/2024

CEREMONIE DE LANCEMENT A LOME DU RAPPORT SUR LE DEVELOPPEMENT HUMAIN 2023/2024

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Le Ministre, Secrétaire Générale  de a Présidence de la République, Sandra Ablamba Jonhson, et la Représentante Résidente du Programme des Nations Unies pour le Développement au Togo, Binta Saneh, ont présidé ce 18 juin 2024, à l’hôtel 2 Février à Lomé la cérémonie de lancement du Rapport sur le Développement Humain, édition 2023/2024. Le thème de ce rapport dont le lancement dans le pays se situe dans la droite ligne de celui effectué par le PNUD le 13 mars 2024 ; est « Sortir de l’impasse : Repenser la coopération dans un monde polarisé ». Selon ce rapport, le Togo enregistre un progrès remarquable à l’instar des précédents rapports.

En effet, l’Indice de Développement Humain du pays est passé de 0,539 en 2021-2022 à 0,547 en 2023-2024. En conséquence, le Togo est classé pour la 5ème année consécutive 1er dans l’espace UEMOA et 4ème cette année dans la CEDEAO après le Cap-Vert, le Ghana et le Nigéria. C’est dire que notre pays a fait clairement le choix d’un développement centré sur l’humain. Ces progrès sont le fruit de la performance économique portée particulièrement par la résilience de notre pays grâce aux réformes audacieuses entreprises par le Gouvernement sous le leadership du Président de la République ; contribuant ainsi à l’amélioration substantielle de la qualité de vie de nos populations.

Il convient de relever que depuis quelques années, l’indice de développement humain du Togo est en perpétuelle évolution, preuve des efforts d’investissements du gouvernement dans les secteurs sociaux. Pour illustration, l’Indice de Développement Humain est passé de 0,484 en 2014; à 0,513 en 2018 ; à 0,539 en 2021/2022 puis à 0,547 en 2023/2024, soit une progression de 13% entre 2014 et 2023/2024. Avec cette belle performance, le Togo est en bonne voie pour franchir le seuil de la catégorie de « développement humain moyen » égal à 0,550.

C’est ainsi que le Ministre Sandra Ablamba Jonhson, dans son discours de lancement, s’est appesantie sur les multiples initiatives et les efforts louables des plus hautes autorités dans la mise en œuvre de la Feuille de route 2020-2025 avec pour vision de faire du Togo un pays en paix et une nation moderne avec une croissance économique inclusive et durable. Voilà pourquoi elle a saisi l’occasion pour rendre un vibrant hommage au Président de la République, pour son leadership dans le pilotage des actions de développement du Togo en général et pour sa politique de renforcement du capital humain en particulier. Elle a par ailleurs exprimé la gratitude du Gouvernement à tous les partenaires techniques et financiers pour l’appui à la mise en œuvre du Programme d’urgence pour le renforcement de la résilience et de la sécurité des communautés (PURS), programme mis en place sous l’impulsion du Chef de l’Etat initialement dans la région des savanes puis étendu depuis le 23 novembre 2023 à toutes les régions du pays. Elle a, pour finir ses propos, invité tous les acteurs au développement à faire un bon usage du présent rapport en analysant profondément les constats, enseignements et recommandations afin d’orienter les politiques et stratégies de développement du Togo.

Les efforts du Togo ont été également salués par la Représentante Résidente du PNUD au Togo, Binta Saneh. Pour elle, les plus hautes autorités du pays ont fait le bon choix de rendre le développement plus inclusif et participatif en permettant aux individus d’accéder aux revenus et à l’emploi, à l’éducation et aux soins de santé et à un environnement propre.

Il faut noter qu’au cours de la cérémonie, l’assistance a pu suivre à travers des sketchs et témoignages les atouts des différents programmes exécutés dans le pays en matière d’inclusion des femmes dans l’optique de faire d’elles de véritables chefs d’entreprises contribuant ainsi à leur autonomisation et leur participation à l’économie nationale.